La Méditation du Calme Mental

  • Ne pas faire ou trop faire ! Les 2 derniers obstacles au Calme Mental

    La concentration permet la sérénité en diminuant les émotions, et la sagesse c’est elle qui permet d’éliminer ensuite les perturbations à la racine.
  • LE RELÂCHEMENT et la Vigilance

    < Parce que l’esprit relâche sa concentration, l’objet n’est ni très clair ni très ferme, s’il y a clarté mais que le mode d’appréhension n’est pas très ferme, alors nous avons développé le relâchement > Lama Tsongkhapa
  • L'AGITATION et la Vigilance

    Qu’est-ce que l’agitation? Un aspect perturbé de l’esprit, de même catégorie que le désir-attachement, dominé par des signes attirants. Elle a la fonction de faire obstacle au calme mental.
  • L'OUBLI et l'Attention

    Perdre l’attention sur l’objet de méditation. C’est donc une absence de clarté d’esprit et un oubli envers un objet vertueux. Il est provoqué par un souvenir envers un objet générant une perturbation mentale et ce facteur mental sert de base à la distraction.
  • QUELS ANTIDOTES A L'OBSTACLE DE LA PARESSE ?

    Si on ne voit pas clairement les bénéfices d’un esprit calme sans objectif clair, nous n’aurons pas la motivation de faire des efforts positifs. Dans n’importe quoi de la vie, toute action repose sur la motivation qui demande de la confiance.
  • LA PARESSE et l'Effort Joyeux

    Dans le Compendium de la connaissance supérieure, Asanga définit la paresse comme une absence de plaisir intérieur en rapport avec ce qui est positif. Sa fonction est donc de freiner les activités vertueuses.
  • ABANDONNER LES PENSÉES CONCEPTUELLES

    Le fait d’être ligoté par une chaîne en or ou en fer ne fait aucune différence pour un prisonnier; ses mains et ses pieds restent liés. De même, toutes les pensées conceptuelles d’attachement envers les objets de désir du samsara, bonnes ou mauvaises, sont des obstacles à l’atteinte du calme mental.
  • ABANDONNER COMPLÈTEMENT LES DISTRACTIONS DE LA SOCIÉTÉ

    À notre époque, l’apparition incessante de nouvelles activités sans essence nuit au développement du calme mental. Comme cela peut être un obstacle même pour des êtres réalisés, est-il besoin de mentionner à quel point cela peut nous nuire, à nous qui sommes débutants?
  • AVOIR UNE ETHIQUE PURE

    En général, l’éthique est le fondement de toutes les qualités. La pacification des distractions internes subtiles dépend de la pacification des distractions externes grossières. Si des pensées conceptuelles grossières sont prédominantes, l’esprit ne demeurera pas paisible.
  • CULTIVER LE CONTENTEMENT

    On doit cultiver le contentement par rapport aux conditions matérielles qui nous sont imparties, telles que nourriture et vêtements, ainsi que les personnes qui nous entourent (famille, amis, etc.). Sinon, on recherchera constamment plus ou meilleur et il nous sera difficile d’atteindre le calme mental. Bref, les êtres prisonniers du samsara sont par nature insatisfaits.
  • DIMINUER LES DÉSIRS PERTURBÉS

    Qu’est ce que le désir-attachement ? Lors de la considération d’un phénomène contaminé d’aspect attirant, ce facteur mental poursuit et s’attache à cet objet et en rend la séparation difficile. Sa fonction est de générer la souffrance. Si on le divise, il y a le désir-attachement au monde du désir et le désirattachement à l’existence conditionnée.
  • MÉDITER DANS UN ENDROIT SAIN

    Demeurer dans un endroit sacré ne veut pas dire quel’on devrait absolument aller vivre à Bodhgaya en Inde, au Tibet, ou encore dans un monastère, un ermitage, une grotte ou un désert. Toutefois, si on peut résider en un endroit visité par les grands maîtres du passé ou encore un endroit béni, les éléments et constituants du corps seront plus facilement purifiés et il sera plus facile de faire naître en soi les qualités des réalisations.