MÉDITATION : Cultiver le Contentement

Apprendre à Méditer vers le Calme Mental

✔️ C’est d'être 100% content de notre vie comme elle est, et des circonstances en général.

 
✔️ Par exemple, notre niveau matériel est souvent de beaucoup supérieur aux autres êtres humains de part le monde qui subissent des drames, des tragédies ou catastrophes, voir qui sont aux prises avec des conditions de vie très limitées et difficiles, comme la maladie, le manque de nourriture ou de protection minimale comme des vêtements, avoir un toit ou autre chose.
 
✔️ Il nous suffit d’apprécier la valeur de nos conditions actuelles par comparaison avec ceux qui sont défavorisés, en pensant aux choses que nous avons et que d’autres n’ont malheureusement pas, et ce, au lieu d’être < mécontent > de ce que nous aimerions avoir et que nous n’avons pas.
 

✔️ C’est donc d’être heureux et joyeux de notre situation favorable et de la considérée avec beaucoup de valeur.

 
✔️ Car nous avons besoin d’un esprit pleinement satisfait pour atteindre le Calme Mental.
 
✔️ Par exemple, même sans la méditation, dans la vie ordinaire, être content et satisfait est un gage de bonheur.
 

Souvent, ceux qui ont moins, ou qui sont dans des situations d’adversité avec beaucoup de problèmes, comme ceux qui sont pauvres dans les pays défavorisés, réussissent à être heureux car ils sont contents et satisfaits du peu qu’ils possèdent.

 
Du livre Apprendre à Méditer de Lama Samten :
 
On doit cultiver le contentement par rapport aux conditions matérielles qui nous sont imparties, telles que nourriture et vêtements, ainsi que les personnes qui nous entourent (famille, amis, etc.). Sinon, on recherchera constamment plus ou meilleur et il nous sera difficile d’atteindre le calme mental. Bref, les êtres prisonniers du samsara sont par nature insatisfaits.
 
Dans Le grand exposé des étapes de la voie vers l’éveil :
 
Le défaut de l’insatisfaction, le défaut de l’incertitude, le défaut de changer constamment entre positions élevées et basses, le défaut d’être sans amis véritables.
 

Par exemple, si après avoir trouvé un excellent travail, on n’est ni satisfait ni heureux, on cherchera toujours à en trouver un autre plus satisfaisant ou mieux rémunéré. De même, en allant au magasin pour acheter un nouveau vêtement, on observe ce qui nous plaît, on vérifie la taille, on manipule et on prend le temps de bien analyser ce qui nous convient avant de prendre la décision d’acheter. Une fois vraiment décidé, on fait l’acquisition du morceau en question. Ensuite, en revenant à la maison, si une nouvelle pensée conceptuelle naît en nous, par exemple que la couleur ou la grandeur du vêtement ne nous satisfait plus, on veut alors le retourner au magasin.

 
Également, après avoir fait la connaissance d’une nouvelle personne et avoir pris le temps de la connaître, on décide un jour d’aller vivre avec elle, de l’épouser et de fonder une famille : toutes les conditions idéales sont réunies. Plus tard, lorsque survient l’insatisfaction en notre esprit, on sent qu’on doit se séparer, qu’il ne nous est plus possible de vivre avec cette personne.
 
Que ce soit cette situation ou celle impliquant tout autre objet, si l’on ne cultive pas le contentement, non seulement l’atteinte du calme mental sera chose difficile, mais ce sera la cause de maintes souffrances.
 
Ici, il est très important de ne pas se méprendre. Bien que l’importance de cultiver le contentement et la satisfaction afin d’atteindre le calme mental soit mentionnée, il ne faudrait pas croire, comme certaines personnes pensent parfois, qu’il faille tout abandonner.
 

Les Conditions Favorables 3/6 dans le livre Apprendre à Méditer du maître bouddhiste tibétain Lama Samten et les formations du Calme Mental au Centre Paramita.

Laisser un commentaire

Nom .
.
Message .

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être publiés