LIVRE - Livre : Bonheur Au Jour Le Jour De Lama Samten
LIVRE - Livre : Bonheur Au Jour Le Jour De Lama Samten
LIVRE - Livre : Bonheur Au Jour Le Jour De Lama Samten
LIVRE - Livre : Bonheur Au Jour Le Jour De Lama Samten

Livre : Bonheur au Jour le Jour de Lama Samten

Distributeur
EDITIONS PARAMITA
Prix normal
€15,00
Prix réduit
€15,00
La quantité doit être supérieure ou égale à 1

Frais de port non inclus

Ce livre présente la sagesse bouddhiste tibétaine qui a été composé avec l'intention d'introduire le lecteur aux thèmes principaux traités dans la philosophie bouddhiste tibétaine. On y aborde des sujets tels que la compassion, le bonheur, le lâcher-prise, la tolérance, l'importance du moment présent, les émotions et la méditation.

Il s'adresse à tous ceux et celles qui sont à la recherche d'un vrai bonheur profond et durable. Il touchera ceux qui désirent explorer les réflexions des grands sages tibétains du passé et même d'aujourd'hui. Les lecteurs trouveront dans cet ouvrage des étincelles de cette sagesse millénaire ainsi que les clés pour vivre la vie quotidienne dans une plus grande sérénité. 

Préface

Ce texte Le bonheur au jour le jour : conseils de la sagesse bouddhiste tibétaine a été composé avec une intention d’amour et de compassion et par le biais d’analyses logiques et de raisonnements validés. Il a été écrit afin d’être bénéfique à une longue tradition de chercheurs de vérité bouddhistes et non bouddhistes et particulièrement aux gens qui, de nos jours, ont besoin de bien-être et de bonheur et veulent se débarrasser des problèmes. J’invite donc en toute liberté ceux et celles qui s’y intéresseraient à le lire dans la joie!

Dotés de la sagesse provenant de la lecture et de l’écoute, on éveillera facilement en nous le pouvoir de la réflexion et de la méditation. Ainsi les méthodes pour être heureux nous seront accessibles, sans avoir à fournir d’effort et sans difficulté.

Guéshé Lobsang Samten

Reconnaître l’emprise afin de lâcher prise

On parle souvent de nos jours de l’importance de lâcher prise. Cependant, si nous ne savons pas bien identifier ce qui exerce une emprise, nous ne saurons pas comment nous devrions lâcher prise. Par exemple, nous ne pourrons pas attraper un voleur si nous ne savons pas à quoi il ressemble. Nous ne saurons pas non plus où tirer une flèche si nous ne voyons pas la cible.

C’est l’emprise sur le soi8 qu’il faut reconnaître; elle s’exprime habituellement par les mots « moi, ma, mon, mes, etc. ». En termes plus communs, on pourrait également l’appeler « l’égo ». Relâcher cette emprise est ce qu’on pourrait appeler le lâcher-prise.

Ainsi, c’est envers ce fauteur de trouble intérieur qu’est l’égo ou l’emprise sur le soi que nous devrions relâcher notre emprise. Lâcher prise ne signifie donc pas de devoir laisser aller ou abandonner ce qui nous est extérieur : amis, travail, famille, relations, matériel, etc. Ce sentiment de « moi », que l’on appelle le soi, est quelque chose que l’on considère essentiel et qui émane du plus profond de notre coeur.

On ne considère pas « les autres » de la même manière. Cela provient de la très forte emprise sur le moi. Pourtant, nous sommes égaux aux autres en ce qui concerne notre souhait de ne pas souffrir et d’être heureux. Si l’on médite continuellement sur cela, les problèmes qui nous assaillent présentement les uns après les autres cesseront de se produire.

Que l’on soit un homme ou une femme, jeune ou âgé, riche ou pauvre ne fait aucune différence. Tout le monde peut lâcher prise. Par exemple, il arrive que des gens très pauvres tels des itinérants se disputent et se querellent quotidiennement pour défendre un simple espace pour dormir. Même les animaux ont

cette emprise sur le soi. Si l’emprise sur le soi trouble l’infime bonheur des animaux en les faisant se quereller et se disputer, il va sans dire qu’il trouble également le bonheur des humains.

L’emprise sur le soi peut aussi être présente chez les personnes riches. Par exemple, une personne qui pense uniquement à

faire de l’argent aura de la misère à dormir et passera le plus clair de son temps à travailler, de sorte qu’elle n’aura peut-être même plus de temps pour des choses essentielles à sa survie, comme de manger et de boire.

De même, nous n’expérimenterons pas un seul instant de repos et passerons toute notre vie dans la crainte si nous ne sommes préoccupés que par la protection de nos biens. Une telle personne ne pourra pas profiter des grands avantages et des libertés de sa vie humaine. Sa vie sera vide de sens.


Lama Samten au Monastère Ganden Jangtse